BEAUTÉ INTÉRIEURE

BEAUTÉ INTÉRIEURE

28/01/2013

Peut-être avez-vous le sentiment de bien connaître le Saint-Louis. Sa forme audacieuse, réinvention inspirée des cabas d’antan, qu’il a remis au goût du jour, sa versatilité entre raffinement et désinvolture, et sa fameuse toile à chevrons, composent un sac singulier, dont les femmes du monde entier se sont emparé.

Un classique, en somme, dont on croit tout savoir. Mais n’est-ce pas l’essence d’un classique que d’inviter, encore et toujours, à sa redécouverte ?

On le sait bien depuis Faust, le diable est dans les détails, et l’évidence esthétique et fonctionnelle du Saint-Louis repose justement sur une somme de détails aussi précis qu’essentiels, qui en font une création très complexe, au-delà de son apparente simplicité. Sans vouloir révéler tous ses secrets, on se rend mieux compte de cette discrète sophistication en observant de plus près son envers.

Un premier détail frappe : sa parfaite symétrie avec l’endroit, qui témoigne de finitions d’une absolue rigueur, et fait écho à la toute aussi parfaite symétrie endroit/envers des enchapes, un vrai petit exploit technique autorisé par un système inédit « en ogives » assurant à la fois résistance et finesse, exclusif à Goyard. Autre point fondamental : la qualité des poignées. Celles du Saint-Louis sont réalisées par des artisans spécialisés, selon la technique du cuir empilé, qui permet de faire varier l’épaisseur de la peau, et de l’ajuster selon les zones, pour une résistance optimisée qui s’allie à un rendu visuel harmonieux. Un passepoil de cuir recouvre toutes les coutures intérieures, et souligne l’épure de la toile naturelle de coton et lin, entièrement tissée, rasée et flambée dans nos ateliers du sud de la France. À l’instar de la Goyardine de l’endroit, son toucher et son apparence acquièrent au fil du temps un caractère et une patine inimitables, et son élégance minimaliste se prête de même à toutes les occasions.

Au final, l’envers du Saint-Louis n’est pas un simple côté face de qualité, mais une version alternative au sens plein, dont l’apparence et la fonctionnalité ont été pensées avec le même soin jaloux que son côté pile.

Dernier détail, et ultime surprise : sa délicatesse s’allie à la robustesse de la Goyardine qui -en devenant en quelque sorte provisoirement l’envers- permet des usages inédits, par exemple transporter ponctuellement un maillot de bain.

Dans son fameux Dictionnaire des idées reçues, à l’entrée “Classiques (les)”, Gustave Flaubert écrivait : “On est censé les connaitre”. Nous vous invitons à tenter l’expérience de la réversibilité, et à vous laisser surprendre à nouveau par le Saint-Louis.

28/01/2013