ÉLOGE DU GRIS

11/12/2012

La Goyardine se décline désormais en gris. Un ton de bon ton ? Plutôt une couleur subtile et méconnue, bien moins sage qu’il n’y paraît. 

Pour les Hindouistes, il est une couleur sacrée : celle des volutes d’encens qui transportent les prières des croyants jusqu’aux innombrables divinités de leur panthéon. La mythologie Scandinave l’associe au crépuscule, instant d’équilibre parfait entre le jour et la nuit, entre le bien et le mal.

La liturgie Catholique en fait le véhicule de la transmigration des âmes enfin débarrassées de leurs enveloppes charnelles. Les moines écossais de la confrérie d’Holyrood l’ont choisi depuis le Moyen-Âge comme emblème de leur ordre, car il est à leurs yeux la couleur de la vraie pureté, à juste distance entre les ténèbres et la lumière trop orgueilleuse. 

Le gris n’est pas une couleur banale. D’ailleurs, ce n’est pas une couleur, mais une variation de l’intensité émise par une source lumineuse. En somme, une illusion d’optique. En peinture, il est à l’opposé de ce que l’on croit savoir de lui : non pas un prévisible mélange du noir et du blanc, mais la rencontre inattendue de pigments cyan, magenta et jaune. Nuance spirituelle et sereine, son mystère a fasciné nombre d’artistes. On a souvent qualifié Turner de « peintre des incendies », mais son sujet était tout autant les mille éclats de perle, d’ardoise et d’argent du ciel anglais que les couchers de soleil embrasés du Grand Canal. Hokusai le choisit comme couleur exclusive de ses fameuses Cent vues du Mont Fudji. Picasso, enfin, le qualifiait de « couleur intelligente », que seuls les imbéciles méprisent, et que seuls les vrais peintres savent apprivoiser.

Intelligence, le mot est lâché. Appliqué au gris, il va de soi : ne parle-t-on pas de matière grise comme métonymie des facultés intellectuelles ? Dès lors, le vrai visage du gris se dévoile : il n’est pas un compromis raisonnable, un choix sans risque, mais tout l’inverse : une affaire d’esthète éclairé, un goût acquis et singulier. Presque un élan mystique, comme le pressentait Graham Greene, lorsqu’il écrivait dans La Puissance et la Gloire que « L’âme humaine n’est pas noire ou blanche, mais faite d’infinies nuances de gris ».

La nouvelle teinte de Goyardine grise sera disponible dans les comptoirs de vente Goyard à travers le monde à partir de la mi-décembre 2012.

11/12/2012
 

WINDY CITY

29/05/2015

FRENCH RIVIERA

03/04/2015

PACIFIC PLACE

19/11/2014

POIDS PLUME

04/07/2014

GENTLEMEN ONLY

31/01/2014

MATIN CALME

13/08/2013

DUO GAGNANT

10/07/2013

ÉLOGE DU GRIS

11/12/2012